Céline Gauthier

photo cours

Il s’est agit de me construire en peintre dans un premier temps. Long d’une vingtaine d’année,  ce temps passionné et dense, m’a permis de déployer une technicité qu’on pourrait dire « charnue ». Ma pratique s’articule aussi bien dans la temporalité distendue, silencieuse et solitaire de l’atelier que dans le temps ramassé, musical et groupal de performances publiques lors de festivals, de spectacles.

Peindre est une fête quelque soit la manière ou l’endroit.

Dans un second temps, un versant pédagogique s’est ajouté. De fait, j’apprivoise, j’expérimente l’art de la transmission en peinture. De façon hebdomadaire ainsi qu’en forme plus intense telle que des stages. Transmettre de la technique comme un vocabulaire, ouvrir à une variété de formes esthétiques mais aussi et surtout insuffler l’importance de la notion d’« état », de qualité de présence, de geste.

Un troisième temps ou un troisième angle : l’apparition de la dimension de soin. Au terme de quatre années d’études théoriques et pratiques, je deviens art-thérapeute. Ici, l’art n’est plus le but. Il est un moyen, un outil par et dans lequel un cheminement thérapeutique est possible. Déclore peut-être un fragment du sujet et voir se propager cette libération ou bien, si cela est nécessaire, renforcer certaines limites. Il est question quoiqu’il en soit d’accompagner, de soutenir  l’autre dans une transformation, si ténue soit-elle.

Parallèlement, depuis quelques années, la pratique du Taï-chi-chuan s’est fait une place dans ma vie. Elle infuse et nourrit les trois facettes sus-citées, évidemment l’inverse fonctionne aussi. En éternelle étudiante, je bénéficie d’un double enseignement concernant cette pratique.  D’une part toute tournée vers mon propre déploiement et d’autre part vers la transmission. En effet, ici encore, partager par la transmission m’appelle.

Cours de peinture et dessin avec Céline les :

lundis 18h-20h à la Ruche

Jeudis 9h-11h à la Ruche

 

 

 

 

 

 

Publicités